Les assurances couvrent ce risque. Il ne faut pas perdre de temps pour assainir votre maison!

Nos recommandations:

  1. Faire des photos et vidéos du sinistre,
  2. Déclarer le sinistre auprès de son courtier et de sa compagnie d’assurances,
  3. Mettre en oeuvre sans tarder les mesures de première urgence pour protéger et assainir les lieux endommagés (entièrement couvert par vos assurances):
    • Nettoyage des lieux
    • Séchage des murs
  4. Faire sa déclaration de perte dans les plus brefs délais avec éventuellement l’aide d’un expert d’assurés selon le montant approximatif des dégats et de la gravité de la situation.

La société AMS (Aménagements Maintenance & Services) propose aux clients de Direct Prévoyance la mise à disposition de déshumidificateurs afin de procéder à l’assèchement de votre habitation ou local. Ces prestations sont entièrement prises en charge par l’assurance . Pour cela, il vous suffit de remplir et d’envoyer ce devis à votre assureur.

Sinistres devis

Devis 1 Devis 2 Devis 3 Devis 4
Superficie < à 80 m2 < à 80 m2 > à 80 m2 > à 80 m2
Nombre de pièces sinistrées Une seule Plusieurs Une seule Plusieurs
Déshumidificateurs 1 2 1 2
Capacité d’extraction du déshumidificateur 28.9 litres/jour 28.9 litres/jour 88 litres/jour 88 litres/jour
Brasseurs d’air 1 1 1 2
Chauffages 1 1 1 2
Obtenir le devis
Obtenir le devis
Obtenir le devis
Obtenir le devis

Tous ces services comportent la livraison et la mise en place des matériels.

Tous les contrats d’assurance de biens (multirisques habitation, multirisques entreprise, …) comportent obligatoirement une garantie catastrophes naturelles. Dans les communes décrétées en état de catastrophe naturelle, les dommages matériels provoqués par les inondations peuvent être pris en charge au titre de cette garantie dans les limites et conditions des contrats d’assurance qui ont été souscrits.

Questions/Réponses:

  • Quelles sont les premières démarches à effectuer suite aux dommages causés par les inondations ?

Toutes les mesures nécessaires pour éviter l’aggravation des dommages subis par votre habitation doivent être prises. Pensez à conserver, dans la mesure du possible, des justificatifs (photographies, vidéos, témoignages de voisins…).

  • La déclaration officielle de catastrophe naturelle est-elle nécessaire pour être indemnisé ?

Oui, la déclaration de catastrophe naturelle par les pouvoirs publics est nécessaire pour permettre aux assurés détenteurs d’une multirisques (habitation, entreprise, automobile…), d’être indemnisés pour les événements naturels d’intensité anormale non assurables. De plus, le délai pour déclarer le sinistre aux assureurs commence à courir à partir de la date de publication de cet arrêté.

  • Dans quel délai dois-je faire ma déclaration à l’assureur ?

Prévenez votre assureur au plus vite et par tous moyens (téléphone, mail…).

Vous disposez cependant d’un délai de dix jours après la parution de l’arrêté interministériel de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle au Journal officiel pour déclarer le sinistre à votre assureur.

  • Suis-je systématiquement couvert par mon assurance ?

Les personnes qui possèdent une assurance de dommages (incendie, dégât des eaux, …) pour leur habitation, leur entreprise, leurs véhicules, etc. , bénéficient automatiquement de la garantie catastrophes naturelles.

Les dommages matériels directs provoqués par les inondations, coulées de boue et chocs mécaniques liés à l’action des vagues seront donc indemnisés à ce titre.
Les véhicules assurés au tiers, c’est-à-dire uniquement en responsabilité civile, ne bénéficient pas de l’assurance catastrophes naturelles.

  • Les frais de pompage et de nettoyage sont-ils garantis ?

Oui, les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis ainsi que les dommages imputables à l’humidité ou à la condensation consécutive à la stagnation de l’eau dans les locaux.

  • Y a-t-il des franchises ?

Une certaine somme d’argent reste toujours à la charge de l’assuré. C’est la franchise.

    Elle s’élève à :
  • 380 euros pour les habitations, les véhicules à moteur et autres biens à usage privé ;
  • 10 % du montant des dommages (avec un minimum de 1 140 euros) pour les biens à usage professionnel, sauf franchise supérieure prévue par le contrat.

Pour les biens autres que les véhicules, en cas de sinistres répétitifs, si la commune n’est pas dotée d’un plan de prévention des risques naturels (PPR), la franchise est modulée en fonction du nombre de constatations de l’état de catastrophe naturelle intervenues pour le même risque au cours des cinq années précédant la date de la nouvelle constatation. Elle est doublée au troisième arrêté constatant la catastrophe, triplée au quatrième et quadruplée pour les arrêtés suivants.

  • Ma maison actuellement en cours de construction a subi des dégâts. Qui va les prendre en charge ?

Le constructeur ou l’entrepreneur, selon le contrat de construction, sont responsables du chantier jusqu’à la réception, c’est-à-dire en général, la remise des clés. C’est à leur assureur d’intervenir. Toutefois si vous avez souscrit une multirisques habitation à la mise hors d’eau / hors d’air, vous pouvez vous adresser à votre assureur.

  • Les dégâts au terrain et aux plantations sont-ils garantis ?

L’assurance catastrophes naturelles couvre les biens pris en charge au titre de la garantie principale du contrat multirisques, c’est-à-dire les bâtiments, le mobilier et le matériel. Les terrains, végétaux, arbres et plantations sont généralement exclus.

  • Quels sont les documents à produire pour être indemnisé ?

Pour établir votre demande d’indemnisation, adressez à votre assureur :

  • un descriptif des dommages subis en précisant leur nature. En effet, un même événement climatique peut être classé pour partie seulement en catastrophe naturelle. Par exemple, lors d’un très violent orage, l’inondation (eaux de ruissellement sur le sol ou élévation du niveau d’un cours d’eau ou d’une nappe d’eau) sera classée en catastrophe naturelle, alors que les dommages causés par les effets du vent relèveront de la garantie Tempêtes ;
  • une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés.

Pour attester de l’existence et de la valeur des biens détruits ou endommagés, vous pouvez produire tous types de document : factures d’achat ou de réparation, actes notariés, contrats de location, expertises, photographies…

Pour les biens professionnels, préparez l’attestation de propriété ou le contrat de location (pour les dommages immobiliers), un extrait du registre de commerce, les bilans et comptes de résultat des dernières années avec détail des comptes de charges et produits, le chiffre d’affaires de l’exercice en cours et des trois précédents (si vous avez souscrit une garantie perte d’exploitation ou un contrat de leasing).

  • Mon assureur demandera-t-il le passage d’un expert ?

Si besoin est, votre assureur désignera, à ses frais, un expert professionnel qui fixera le montant des dommages en accord avec vous.

Si ces dommages sont importants, voire très importants – atteinte à la structure de votre maison, perte de mobilier de grande valeur – , il est toujours possible de vous faire assister, à vos frais, par un expert de votre choix.

Questions/réponses tiré de la Fédération Française des Sociétés d’Assurance

Quelques chiffres à titre d’exemple pour le département du Loiret

  • 234 communes loirétaines déclarées en état de catastrophe naturelle par l’État le 9 juin
  • Plus de 5 000 maisons inondées et 917 personnes évacuées
  • 200 agents départementaux mobilisés sur le terrain au plus fort de la crise
  • 4 462 interventions du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours)
  • 137 routes impactées représentant 1/3 des routes départementales dont 163 points de submersion constatés
  • 900 ouvrages inspectés à la suite des intempéries

Remplissez le formulaire et recevez votre devis personnalisé

Devis en ligne